Rechercher

Leuven - BUC : le résumé de Jimmy


C’est le cœur léger et avec l’agréable sensation du travail accompli que je prends la plume pour vous relater les évènements de ce dimanche 03 novembre. Nous nous rendions à Leuven dans le cadre du championnat de deuxième division. S’il est vrai que nos adversaires du jour n’ont jamais été nos meilleurs amis, nous avons toujours entretenu avec eux une relation tant cordiale que virile. Suite au match de coupe remporté haut la main par nos joueurs la semaine dernière contre ces mêmes louvanistes, un plainte fut déposée auprès de la fédération avec pour conséquence de nous disqualifier de la compétition. S’il est vrai que du point de vue du règlement nous sommes en tort, il existe dans le rugby un certain code moral, une entente tacite et surtout une certaine vision de ce que sont la fierté et l’honneur. Ce sont ces valeurs qui nous pousse, nous BUCistes, à n’avoir pour seule ambition : la victoire sur le terrain et non sur tapis vert. Force est de constater que ces valeurs ne sont pas partagées de tous, elles ont même été bafouées pour ne pas dire piétinées le week-end passé. Au-delà des échanges verbaux peu courtois que nous avons pu entretenir, nous n’avons jamais calomnié le club de Leuven et avons toujours été attentifs à ne pas trainer dans la boue l’image d’un club, de ses joueurs et surtout de ses bénévoles. Nous n’utilisons pas non plus les réseaux sociaux pour exprimer notre frustration ou notre mécontentement, au BUC nous aimons régler nos différents les yeux dans les yeux. Les évènements de la semaine dernière ont contribués à élever notre niveau d’engagement lors des sessions d’entrainement mais ont surtout permis de réaffirmer l’attachement des joueurs envers leur club si atypique. Ce n’est pas la colère qui nous a guidé jusqu’à ce dimanche tant attendu mais plutôt l’amour que l’on porte à toutes ces personnes qui nous permettent de vivre pleinement notre passion. Qu’ils soient managers, trésoriers, administrateur ou encore secrétaires, ils ne méritent pas de si mauvaises considérations. Quand ont insulte le club, c’est surtout à eux que l’on fait du tort, les joueurs vont et viennent mais les bénévoles donnent de leurs temps depuis plusieurs décennies pour faire de ce club ce qu’il est, il est obligatoire pour tout amateur de rugby de leur témoigner du respect. Certains anciens du BUC ont contribué à la naissance et au développement du rugby francophone et fédéral, faits dont tout le monde ne peut que s’enorgueillir.


C’est donc armés deux équipes gonflées à bloc que nous nous rendons à Leuven avec pour seule ambition de faire de ce terrain le nôtre. Durant deux fois 40 minutes, nous infligerons une leçon de rugby à nos adversaires qui, sonnés de la violence de notre réponse, n’auront pour seule envie que de fuir ! Mais Leuven reste Leuven et leur joueurs n’ont pas pour habitude de baisser la tête, le match de l’équipe réserve en est la parfaite expression. Malmenés dès le départ et probablement aussi submergés par la charge émotionnelle, nos joueurs peinent à prendre le dessus sur leurs adversaires. Les louvanistes proposent un jeu basique mais qu’ils maitrisent bien. Les fautes sont légions des deux côtés, ce qui à pour conséquence de casser le tempo du match le transformant ainsi en une succession de phases arrêtées et de coups de pieds. Il fallut attendre l’heure de jeu pour voir nos vaillants reservistes prendre le dessus et enfin imposer leur jeu . Au coup de sifflet final, nous remportons le match avec le point de bonus mais pas mal de joueurs blessés ou affaiblis par la bataille acharnée qu’ils venaient de livrer. La réserve progresse à grande vitesse et les soucis d’intégration qui étaient les nôtres au début de saison ne sont plus que de mauvais souvenirs. Les gars prennent du plaisir à jouer ensemble et ça se ressent encore plus dans la difficulté. Il est très agréable de constater que les nouveaux joueurs prennent la mesure de l’aventure humaine qu’ils sont en train de vivre et qu’ils s’identifient rapidement aux valeurs de notre club.


C’est maintenant au tour de l’équipe fanion d’entrer sur le terrain pour arracher de force le respect qui lui est dû. C’est sur notre équipe ne plait pas à tout le monde mais moi je l’aime cette équipe si politiquement incorrecte, si fier et solidaire. N’en déplaise à nos adversaires, ils allaient devoir faire preuve de courage, ils allaient devoir assumer les paroles d’un seul de leur représentant et cela n’allait pas se faire sans douleur. A l’image de l’échauffement, l’ambiance dans le vestiaire est lourde, silencieuse, les regards se croisent et les pensées aussi. A une minute du début du match, les joueurs opèrent leur mue et se transforment en gladiateurs prêt à mourir sur le champ de bataille. Ces lignes peuvent faire sourire les personnes étrangères à ce sport mais nul doute qu’elles renvoient chaque joueur ou ancien joueur à des sensations uniques vécues au cours de leur carrière. Leuven n’avait aucune chance ce jour-là, il n’en a pas toujours été de même mais ce dimanche ils n’avaient aucune chance. Nos joueurs ont surclassés leurs adversaires nous offrants de merveilleuse mêlée renversées, des ballons portés parfaitement construits et une séance de cassage de cotes en défense. Pardonnez mon langage si explicite mais la langue française, si riche soit elle, n’a pas de mot « distingué » pour expliquer ce que nous avons fait à nos adversaires. Nous avons pris l’avantage psychologique au fil des impacts, des plaquages destructeurs et des mêlées enfoncées, le tout ponctué par un jeu au pied de très grande qualité. Il m’est impossible de vous parler du déroulement du match actions par actions car ma mémoire ne retient que la punition que nous leur avons infligée. A la fin de ce match gagné mais fatiguant, nous célébrons tous ensemble unis comme à notre habitude. La vie d’une équipe de rugby n’est faite que de victoire et d’échecs, il n’existe rien entre ces deux frontières. Ainsi notre joie de ce jour a probablement généré une très grande colère dans le cœur de nos adversaires, il ne fait aucun doute que pour le match retour les positions seront inversées mais je sais que notre équipe saura rester humble dans la victoire et continuer à travailler.


Je tiens à terminer ce résumé en précisant que nous n’entretenons aucune haine envers le club de Leuven et ses dirigeants et nous apprécions le défi qu’ils nous offrent à chaque rencontre. Excellente semaine à tous et merci pour votre soutien sans faille, ensemble nous sommes forts et cette force nous nourrit bien au-delà des frontières du rugby, le BUC est une véritable école de la vie !

118 vues

Posts récents

Voir tout
  • Facebook Social Icon
  • Icône social Instagram

© BUC Rugby Saint-Josse ASBL