Rechercher
  • Cahuete

BUC - RFC Liège : le résumé


Bonjour mes chers amis, je reprends la plume après une petite absence pour vous relater les faits de ce dimanche 11 novembre. Il était nécessaire pour moi de faire une pause pour marquer le coup. En effet après deux matchs durant lesquels nous avons vu la victoire nous échapper dans les derniers instants, il était plus que nécessaire de faire un travail d’introspection afin de trouver les raisons de ces échecs si difficiles à digérer. C’est donc avec un nouveau regard que nous avons décidé d’aborder cette rencontre contre l’équipe leader de la poule. Les liégeois ne nous sont pas inconnus, ils pratiquent un jeu de mouvement et propose un défi physique de qualités, en plein manque de confiance notre équipe devait saisir l’occasion de se refaire une santé en réussissant de l’exploit de battre les anciens pensionnaires de D1. Tout du moins c’était le plan qui avait germé dans nos têtes pour redresser la barre d’un navire qui se dirigeait dangereusement vers le précipice. Malheureusement rien n’est simple dans ce sport que nous pratiquons et les plans sur la comète ont cette particularité d’être vêtus du manteau de l’incertitude. Vous l’aurez compris mes chers amis, rien ne se déroula comme prévu et les liégeois ont su nous cueillir à froid en nous amenant dans les chemins les plus sombres de notre pratique. Nos réservistes en furent les premières victimes, après 20 minutes d’un match équilibré une bagarre éclate et les coups bas prolifèrent. Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas hostile à quelques échauffourées mais j’accorde une importance tout particulière au sens de l’honneur qui doit habiter l’esprit de chaque rugbyman. Malheureusement nos adversaire du jour ne conçoivent pas ces valeurs sous le même spectre que nous et n’hésitent pas à répéter les coups de pieds aux joueurs au sol et les agressions dans le dos. Je ne fais pas le procès de ces joueurs mais constate tristement que ces pratiques sont loin d’avoir été complètement éradiquée. En seconde mi-temps, rebelote, cette fois ci s’en est trop et nos joueurs répondent de la plus belle des manières. Ils répondent collectivement plutôt que de verser dans l’ignobilité des attaques isolées. Ce genre d’évènements n’aident pas à redorer le blason de notre sport souvent taxé de sport de « barbares » mais je tiens à féliciter les membres de l’équipe réserve qui ont fait preuve d’une solidarité sans égal. Ils n’étaient pas plus costauds ni plus âgés mais on mit leurs agresseurs sur le reculoir. Ce match qui se solde par une nouvelle défaite pour nous aura eu la qualité de souder le groupe plus que jamais, l’amour du maillot et des frères d’armes en ressort grandit, nous promettons à nos adversaires de bien travailler, de progresser et de leur offrir le match retour qu’ils méritent.


Du côté de l’équipe première, aucun problème de discipline, nos adversaires sont fair-play et joue le même rugby que nous, à la différence qu’ils font preuve de plus d’agressivité, de structure et d’efficacité que nous. Hormis dans le secteur de la mêlée fermée, nous subissons un vrai supplice et les liégeois semblent trop forts, trop rapides et trop organisés pour nous. Il est dur pour un entraineur de réaliser que nous ne pourrons pas faire jeu égal avec nos adversaires du jour mais le plus difficile à digérer c’est de voir ses joueurs subir sans jamais se rebeller. Je ne parle pas ici de bagarre ou de coup bas mais belle et bien du sursaut d’orgueil qui nous à manqué. Face à une équipe de ce niveau nous aurions du être en mesure d’augmenter l’intensité de notre défense, de monter rapidement pour ne pas laisser leurs deux centres talentueux exprimer toute leur vitesse et leur technique. C’est difficile, mais je me dois de vous livrer la brutale réalité, nous n’avons pas été à la hauteur et nous avons baissé les bras bien trop vite dans cette confrontation. Espérons que cette humiliation (le mot est fort mais mérité) laissera une plaie béante dans le cœur de nos joueurs pour que jamais ils n’oublient que nous avons failli à notre mission. La croissance fait mal, la maturité s’acquiert dans la souffrance et ces épreuves sont nécessaires, elles sont de celles qui nous poussent à nous remettre en question et à revoir nos certitudes. Je ne l’oublie pas notre groupe est jeune et il progresse, dans la douleur ou la plénitude mon attachement à cette équipe reste le même. Nous sommes une famille et ce n’est pas qu’un mot utilisé pour faire joli. Sachons-nous resserrer, partager ce qui nous reste de force vitale et tous ensemble se relever. Je ne sais pas combien de temps ca durera, ni combien d’épreuves de la sorte nous auront à affronter mais j’en suis convaincu, nous y arriverons. Une énergie spectaculaire circule au sein de notre club mais nous n’avons pas encore réussi à l’apprivoiser. Nous continuons à grandir dans l’ombre, sans faire de bruit mais le jour de la rétribution s’approche, je peux déjà percevoir les premiers effluves du doux parfum de la réussite ! Mes chers amis nous vous remercions pour votre soutien sans faille et vous demandons de nous excuser pour la piètre prestation offerte ce weekend, plus que jamais vous êtes notre moteur. Excellente semaine à tous et à très bientôt.

0 vue
  • Facebook Social Icon
  • Icône social Instagram

© BUC Rugby Saint-Josse ASBL