Rechercher

Black Star - BUC : le résumé

Un résumé de Jimmy, coach séniors :


Premier déplacement pour notre groupe sénior à l’occasion de la deuxième journée de championnat. C’est à Charleroi que nous nous sommes rendu dimanche afin d’y affronter une équipe en pleine évolution. Pour rappel les carolos avaient fini la saison en boulet de canon en alignant les victoires, évitant ainsi une relégation en troisième division. Un premier déplacement est toujours révélateur de l’état d’esprit du groupe, hors de notre zone de confort nos défauts ressortent et l’aspect mental de la confrontation prend alors toute sa dimension. Opposés à des joueurs très attachés à la fierté de jouer devant leur public, nos légionnaires devront faire preuve d’une abnégation hors du commun. Nos dernières visites en terres carolo nous ont appris à ne jamais sous-estimer cette équipe accrocheuse et très agressive.


Nos réservistes sont les premiers à faire leur entrée sur le théâtre des opérations. Un terrain sec et hostile qui produit une poussière plus que désagréable. Voilà déjà un premier défi pour nos joueurs habitués au luxe de notre terrain synthétique. L’histoire nous a appris à nous méfier des gars qui s’entrainent sur ce type de terrain, à l’image de leurs installations, les hommes de Charleroi sont durs et pratiquent un jeu à l’ancienne. De notre côté c’est la jeunesse qui prend les commandes en imposant un rythme d’enfer à leurs adversaires déjà dépassés après quelques minutes. Les courses sont rapides, les passes fusent et les points s’accumulent. Nous arrivons tout doucement à la mi-temps sans jamais avoir été inquiétés. Le groupe étant fourni, nous opérons les changements de vigueurs et l’équipe fait peau neuve pour l’entame de la seconde mi-temps. Chaque remplaçant prend directement le rythme et s’élève à la mesure de l’intensité physique de cette opposition. Ne laissant échapper aucune opportunité de convertir nos pénalités, nous jouons libérés de la contrainte du score et produisons des phases construites et efficaces. L’entente entre les nouveaux venus et les vieux de la vieille est parfaite et tout le monde trouve naturellement sa place dans le groupe. Nous terminons le match avec un large sourire prêt à encourager l’équipe première qui s’avance à son tour dans l’arène pour un combat à mort.


En effet le passif entre les deux équipes est conséquent, souvent électriques, nos confrontations sont toujours teintées d’un suspense insupportable et d’une belle débauche d’énergie de la part des deux équipes. Dans les vestiaires, l’heure est à la prise de confiance, pas de stress ni de remise en question, nous avons le souhait de mettre en place notre jeu quoi qu’il en coutera. Tous ont encore en tête la prestation décevante livrée contre Anderlecht et comptent bien se libérer de cette frustration sur les premiers candidats venus ! La première mi-temps tient toutes ses promesses, les deux équipes ne s’épargnent aucun coup. Nous sommes dépassés en mêlée et sur les ballons portés mais avons le dessus dès que nous déplaçons le jeu. L’entraineur adverse le sait et ne cesse de le rappeler à ses joueurs trop occupés à essayer de contenir les jambes de feu de nos arrières pour l’écouter. Le match est tendu de bout en bout et l’infirmerie se rempli rapidement. Si bien qu’arrivé à la mi-temps nous perdons notre capitaine et notre pilier gauche, tous deux blessés à l’épaule. Qu’à cela ne tienne, la force de notre club réside en son collectif et ce n’est surement pas la première ligne adverse qui dira le contraire. Pensant respirer un peu en retrouvant les remplaçants ils firent la connaissance du jeune et prometteur Aithem, véritable machine à malaxer les lombaires !


En deuxième mi-temps la fatigue faisant son œuvre, les forces s’équilibrent et nous nous dirigeons peu à peu vers une guerre des tranchées, l’odeur de la violence asphyxiait les alentours de la place du prieuré et le terrain devint propriété privée des seuls 30 courageux prêt à se sacrifier pour leur étendard. Il serait faux de vous dire que nous n’avons pas subi et que les chocs n’étaient pas douloureux, mais ce qui est sûr c’est qu’aucun BUCiste ne refusa le combat, blessés dans leur chair mais intact dans leur têtes ils n’eurent de cesse de se relever et de narguer leurs adversaires avec le sourire de celui qui croit en sa juste cause. Quelques peu décontenancés par l’ampleur que prit cette spirale infernale qu’ils avaient eu même initiée, les joueurs de Charleroi perdirent leur sang-froid nous permettant à chaque fois de nous mettre un peu plus à l’abri. Coup de sifflet final et libération pour tout un club qui arrache sa première double victoire à l’extérieure.


Pour nous pas de photo souvenir mais juste une farouche envie de retourner au front le plus rapidement possible ! Nous tenons à remercier le club de Charleroi pour la belle opposition qu’ils nous ont offert, cette équipe virile mais courtoise nous prouve une fois de plus qu’il faudra dorénavant composer avec elle. Au plaisir de vous accueillir à la maison chers amis carolo.

0 vue
  • Facebook Social Icon
  • Icône social Instagram

© BUC Rugby Saint-Josse ASBL